C'est ici la nouvelle orthographe

 
GQMNF


Règles de rédaction épicène

par Hélène Dumais, linguiste


En matière de rédaction épicène, deux règles de base sont à retenir :

1) l’emploi des noms et des pronoms, dans certains cas, au féminin et au masculin; l’accord des mots qui les accompagnent se fait au masculin pluriel selon la règle traditionnelle;
2) l’emploi du générique ou d’une tournure neutre ou encore la reformulation d’une phrase.

Les deux règles doivent être employées simultanément pour favoriser une certaine variété dans le texte et éviter la reprise constante des mêmes termes.

L’emploi des parenthèses, du trait d’union, du point ou de la barre oblique (ou de n’importe quel autre procédé typographique) suivi de la finale féminine est banni de la méthode proposée.

Par ailleurs, le recours à la note explicative sur l’emploi du « masculin générique » ne doit plus être pris en considération.


Première règle : emploi du féminin et du masculin

Noms

La première règle consiste à employer les noms au féminin et au masculin :

-
Envoyer à l’évaluatrice ou à l’évaluateur le rapport d’accident.

-
Les techniciens et les techniciennes devront se présenter à la réunion d’information.


Pronoms

Pour ce qui est des pronoms, ils suivent essentiellement la même règle que les noms et figurent sous leur forme masculine et leur forme féminine.

- Cet ouvrage est destiné à ceux et celles qui cherchent une méthode d’analyse.

Cependant, une règle particulière est formulée pour le pronom personnel à la troisième personne du pluriel, en fonction de sujet, en raison de sa grande fréquence d’emploi. Lorsque ce pronom se trouve à proximité des noms qu’il remplace, on peut employer uniquement la forme ils :

- Plusieurs travailleuses et travailleurs ont mentionné qu’ils voulaient obtenir une hausse salariale.

Si l’on ne souhaite pas employer le pronom au masculin pluriel, une reformulation est possible :

- Plusieurs travailleuses et travailleurs ont mentionné vouloir obtenir une hausse salariale.


Accord grammatical

L’accord des mots qui accompagnent les noms et les pronoms se fait au masculin pluriel, selon la règle traditionnelle :

-
Les électrices et les électeurs inscrits sur la liste doivent se présenter au bureau 3120.

Dans le cas des noms épicènes (noms ayant la même forme pour les deux genres), le procédé est le même :

-
Les journalistes présents ont voté pour la motion.

Toutefois, l’emploi du singulier est à surveiller. Il entraine soit une reprise du ou des termes aux deux genres, soit une reformulation :

- L’agent retenu ou l’agente retenue pour le poste fournira une preuve de citoyenneté.

-
Une agronome ou un agronome qui assiste à toutes les rencontres [au lieu de « qui est présente ou présent »]…


Particularités

Place de la forme féminine et de la forme masculine

Il faut distinguer ici les cas où un accord grammatical en genre s’impose et ceux où il n’y en a pas. Dans la première situation, le nom masculin est placé le plus près possible du mot accordé au masculin pluriel, selon la règle traditionnelle :

- Il faut donner aux spectatrices et aux spectateurs insatisfaits l’occasion de s’exprimer.

La seconde situation, quand aucun accord en genre (masculin pluriel) n’est nécessaire, laisse l’entière liberté de présenter d’abord le féminin ou le masculin :

- Les infirmiers et les infirmières enverront leur demande à la Direction du personnel.
    ou
- Les infirmières et les infirmiers enverront leur demande à la Direction du personnel.


Noms unis par ou

En ce qui concerne les noms unis par ou, s’il y a une idée d’opposition ou de disjonction entre les noms, l’emploi du singulier est obligatoire dans le reste de la phrase :

- La directrice ou le directeur présidera la réunion.

Quant au pluriel, il est employé pour exprimer une idée de conjonction :

- La lectrice ou le lecteur avisés auront repéré l'index.

Seul l’examen attentif du contexte permet de bien distinguer la disjonction et la conjonction. À la limite, le choix entre le singulier ou le pluriel dépend simplement de l’idée sur laquelle veut insister la rédactrice ou le rédacteur.


Cas de prononciation identique

Des difficultés mineures dans la langue écrite amènent parfois des situations plus complexes dans la langue parlée : certains termes ont en effet une forme féminine visible dans la langue écrite (présence du e) mais non prononcée (un délégué, une déléguée). Il convient alors, de façon plus particulière dans la langue parlée, d’employer à l’occasion un générique pour éviter l’impression d’une redondance :

- Les employées et les employés

    ->
Le personnel   ou   L’effectif


Noms épicènes

Dans le cas des noms épicènes, soit les noms ayant la même forme pour les deux genres, seul le déterminant varie. À noter que l’emploi du pluriel s’avère tout aussi possible. Cependant, la prudence est de mise. En effet, l’emploi du pluriel peut contribuer à « cacher » toute présence du féminin. Étant donné que le féminin ne ressort pas dans le nom épicène, la solution consiste alors à le mettre en relief dans le pronom personnel qui suivra éventuellement :

- Une ou un gestionnaire fera les vérifications nécessaires.

-
 Aviser les notaires qu’ils et elles recevront les documents sous peu.

Si l’on ne souhaite pas employer les pronoms au pluriel, une reformulation est possible :

-
 Aviser les notaires que les documents leur parviendront sous peu.



Seconde règle : emploi du générique ou d’une tournure neutre
                          ou encore reformulation

Emploi du générique

L’emploi des termes génériques ou collectifs s’avère intéressant pour assurer une certaine variété dans un texte et empêcher les reprises trop fréquentes :

- Les animatrices et les animateurs

    ->
L’équipe d’animation

- Le président ou la présidente

    ->
La présidence


Emploi d’une tournure neutre

Qu’est-ce qu’une tournure neutre? Dans une description de tâches, cela peut être le recours à une énumération de verbes à l’infinitif en vue de faire obstacle à la répétition des pronoms personnels :

- L’agent-payeur ou l’agente-payeuse accomplit différentes tâches de bureau : il ou elle transcrit certaines données en les codifiant, il ou elle compare et balance les dépôts.

                             peut devenir

- Les principales attributions caractéristiques de l’agent-payeur ou de l’agente-payeuse sont les suivantes :
   -
 accomplir différentes tâches de bureau;
   -
 transcrire certaines données en les codifiant;
   - comparer et balancer les dépôts.


Reformulation

La possibilité de reformuler une phrase doit être prise en considération lorsque les solutions précédentes ne peuvent pas s’appliquer. L’idéal demeure évidemment d’aborder la rédaction épicène dès l’étape de la conception d’un texte :

- Êtes-vous citoyen canadien ou citoyenne canadienne? 


                             peut devenir

- Êtes-vous de citoyenneté canadienne?


[Accès à des exercices en ligne]

[Formation sur mesure]

[Liens utiles]